06 septembre 2017

Tranche de vie de prof

Les 2èmes années de bts sont adorables; ils savent que je vais partir à la retraite fin décembre et que je ne pourrai pas, contrairement à ce que  j’avais pensé, revenir en janvier finir l'année avec eux, six heures par semaine. Parce qu'on ne peut pas travailler pour son ancien employeur dans les six mois qui suivent la retraite. Ils m'ont proposé de me payer chacun 5 euros par heure pour que je continue à leur faire cours. Ils ont plaisanté sur le fait que ce ne serait pas déclaré et que ce serait tout "bénéf" pour moi! ... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 23:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 janvier 2016

Lisbonne

Ce soir, je me sens triste. Mais pas désespérée. Il en faudrait plus. Mais triste c’est certain. Triste de mesurer mon impuissance face à ce que je vois monter comme asservissement de plus en plus visible à une logique purement financière sous tendant les choix de société qui sont opérés pour nous dans les bureaux feutrés des grands de ce monde.Grands car ils ont tout pouvoir. Ou presque. Tant que nous entrerons dans leurs projets pour nous, tant que nous les intérioriserons comme étant le bien, le beau, le juste, le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 décembre 2015

Petite fille de migrants...

C’était en Espagne. La guerre civile faisait rage, opposant les nationalistes emmenés par Franco et le Front Populaire élu aux élections de 1936, par une courte majorité contre le Front National, et avec une abstention d’un peu plus de 30% de la population.Les nationalistes furent soutenus par les américains qui voyaient dans la présence du Front Populaire le danger d’une gauchisation de l’Espagne, mais aussi par l’Allemagne et l’Italie. La France d’abord favorable au soutien, s’abstint finalement sous la pression de la Grande... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2015

Paulan

Il s’appelle Paulan. C’est son prénom.Il vient des Iles. Il en a la nonchalance et ces rires qui éclatent comme éclate l’orage dans les cieux tropicaux : on ne le voit pas venir, ça explose et ça part en ondées qui se succèdent, vives, puis qui cessent comme si rien ne s’était passé.Il est plutôt pas bête. Il comprend à mi-mots.On sent bien qu’il pourrait être un étudiant brillant. Et pourtant, il se maintient dans une petite moyenne sans donner l’impression de forcer.Il a tenu un an.Il commence à s’ennuyer en cette deuxième... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2015

Le retour des perles de verre?

Il m’arrive parfois de proposer à mes étudiants une mini séance de relaxation. Ce matin, ils étaient une petite vingtaine.Chacun assis sur sa chaise, ils ont accepté de participer à cette expérience qui n’est pas inscrite dans le programme.Dix minutes c’est court. Le temps de passer en revue les différentes parties du corps, de le sentir ensuite dans sa globalité et de sentir le souffle comme une vague, entrer, sortir et puis de revenir à l’écoute des bruits de la pièce, de s’étirer.Dix minutes d’un silence habité, dense, entier.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2015

Ils ne sont plus là...

Désespérance, des espérances déçues.Déserts, des aires abandonnées, des terres en jachère,jonchées de feuilles mortes, couvertes de folle avoineet de ronces sauvages,passées de sangliers et de chevreuils légersl'esprit à l'abandon comme sol délaissé,argile délitée sous le feu dévorant d'une soif de clinquant,cheminées de fée, par les fées délaissées,dressées au vent mauvais, posées là, sans question,sans nulle autre ambition que survivre à l'instant,voies sans nulle autre issue que la course en avant.Esquifs de planches frêles sans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2015

Passeur de feu

Où est passé le feu ?Celui qui pétille et qui danse derrière le rond noir des pupilles, où est-il ?Bien sûr, ils sont vivants, tous, puisqu’ils respirent. Respirer suffit-il à déterminer que l’on est vivant ? Mais vivre, c’est embrasser le jour, c’est célébrer la nuit. C’est aimer les nuages et la pluie qui ruisselle, le soleil qui surgit, suivi de l’arc aux multiples couleurs ; car il n’y en a pas que sept comme on l’a laissé croire, il y en a une infinité : nous sommes simplement trop loin pour les voir.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 décembre 2015

Du désir encore...

Désirer n’est pas convoiter.Le désir n’est pas gourmandise, concupiscence, jalousie, envie.Il ne conduit ni à la captation ni à l’appropriation ni à l’accumulation ni au remplissage ni au comblement d’un vide.Le désir est attente fiévreuse, amoureuse, besoin de s’offrir, de se donner à l’autre ou l’objet désiré. Si la graine ne désirait pas la lumière, dans l'obscur des entrailles de la terre, elle n'aurait pas la force de percer son enveloppe puis de traverser la terre pour s'ériger un jour en fleur ou en arbre majestueux...Le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 décembre 2015

Du feu et du désir

Hier, je retrouvais une de mes classes après cinq semaines de stage. Entre temps, il y avait eu le carnage au Bataclan. Pas tout à fait leur âge, un peu plus vieux, tous ceux qui ont été fauchés par l’absurde de l’arbitraire. L’année précédente, c’est eux que j’avais accueillis le lendemain de Charlie. C’est eux qui m’avait vue pleurer, tant l’émotion m’avait submergée, tant je ne parvenais pas à leur dire l’urgence de changer, de regarder le monde en face et de crier qu’ils n’en voulaient plus de ce monde.Hier donc, j’avais mal à la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2015

Cadeau

Il est des jours qui commencent péniblement : nuit trop courte, mêlée de rêves où une amie me tirait les cartes. J’ai oublié le message. Sans doute, rien d’important ou alors d'une importance telle que j’en suis devenue amnésique... Et ce réveil qui sonne, imperturbable. Les gestes, des milliers de fois répétés, le rituel du lever, du laver, du déjeuner, tout ça en une demi heure, pas de séance maquillage ou coiffage interminable, il y a belle lurette que j’ai renoncé à camoufler mes rides et ma petite mine, et que j’ai rendu... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,