Empreintes à l'encre mauve

27 avril 2017

Lutins

  S’en aller doucement, laisser filer au ciel les nuages en dentelles, et marcher lentement en longeant le ruisseau.Penser à l’enfant, cette petite fille qui plongeait son regard dans l’infini du ciel.Penser à cet enfant, mon fils,  pensant qu’il pouvait être le rêve d’un plus grand que lui.Entendre encore la voix ferme et tranquille des anciens étudiants parler de l’avenir,  avec au cœur l’espoir qu’il se tisse de nos mains réunies.Lire avec effarement les insultes.Entendre ces cris surgis d’entrailles nauséabondes... [Lire la suite]
Posté par Une vie de prof à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2017

Saisissement

Saisie par une phrase au détour d’une lecture.Saisie. De ces saisissements qui, dans l’instant, suspendent toute pensée, tant la gravité de la prise de conscience court circuite le raisonnement, envahit l’intellect, débranche le fonctionnement mental. De ces saisissements qui sont sidération.Sidération, ce mot rempli d’étoiles, piquetées sur le silence bleu nuit d’une pensée enfuie.Une phrase que j’ai déjà oubliée dans sa formulation exacte : je ne parviens jamais à mémoriser la forme, je ne retiens que l’esprit des textes. Le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2017

L'angoisse comme un ruban

Il est venu s’installer chez moi, un jour de bel automne, le soleil enrougissait les feuilles.Le petit chat l’a suivi dix jours plus tard.Il est arrivé avec son grand sac de cuir fatigué. Le sac. Lui aussi. Si fatigué de vivre, de poser ses bagages le temps d’une accalmie ou d’une défaite annoncée pour les refaire encore et encore et se replanter quelques mètres plus loin. Comme les racines mises à nu sont blessées par le grand jour…Si fatigué d’être le terrain de jeux d’angoisses toutes plus violentes les unes que les autres.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2016

Les pins d'Alep

C’est comme une douleur, une douleur profonde, sourde, de celles qui vous coupent le souffle.  Une blessure dans l’intime de soi que l’on ne parvient pas à dire. Je suis là, au chaud et les pins d’Alep n’en peuvent plus de tendre leurs bras au ciel.Les pins d’Alep ne respirent plus. La poussière du béton explosé a recouvert leur écorce et leurs veines puisent le sang noirci aux entrailles de la terre.Je suis là, dans le silence de décembre et quelque part, tout près de moi, des enfants hurlent sous les bombes, les femmes se... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2016

L'église

Des croix.  Blotties près de l’église.L’église, blanchie de lumière. La lumière du levant.Elle, petite, frêle, déposée pierre à pierre  au dessus des préoccupations des hommes, peut-être plus près du dieu qu’ils espéraient. Dans cet ailleurs improbable, inaccessible que les hommes imaginent plus haut qu’eux puisqu’ils ne le trouvent pas tout près. Alors qu’il n’est ni près, ni loin. Ni plus haut non plus.Et puis cette muraille, bleue, froide, érigée vers le ciel. La prière de la terre qui elle aussi aspire au ciel. Ou que... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]