06 août 2017

République

Aller rejoindre un ami à République pour lui donner des clés. Arriver en avance. Marcher sur la place encore fraîche et peiner à imaginer être là, la nuit, debout, tant tout semble être comme immuable, la statue avec ses dates, 20 juin, 14 juillet, 4 août 1789…et le ciel si bleu, traversé de nuages, si blancs.Observer l’arrivée d’un groupe de bien plus jeunes que soi. Ils mettent de la musique. Ils ont l’air de danser, ensemble. A y regarder de plus près, il y en a un ou une juché sur la margelle de la fontaine qui encercle la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2016

Un jour se termine

  Un jour se termine.Des vies aussi.Là-bas, loin, là où le soleil levant se lève justement, mais à regrets.Les épices, les saris rose indien, justement, les étoffes de soie, les longs cheveux de jais et ces regards de feu.Plus près aussi.La faucheuse recrute salement en ce moment pour son sale boulot.Les Parques n’en peuvent plus de manier leurs ciseaux.Sans doute sont-elles bien payées pour ne pas encore avoir décidé de faire grève.Sur les grèves des rivages où dansait comme un fou de joie, Zorba, le libre, sur les grèves,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 février 2016

Saisir l’insaisissable.

Un jour, c’était en montagne, un torrent, une prairie, quelques fleurs, un air pur comme il se trouve là, loin de nos villes embuées de gris, et puis les hautes cimes encore poudrées de neige. Le silence s'émaillait des cris aigus des marmottes et des aigles. Un silence, le silence, le vrai, celui dans lequel se dissolvent les pensées et les préoccupations.Une chevelure blanche s’accrocha aux rochers, s’effilochant en traits, s’étirant dans le bleu et puis disparaissant en petits pointillés et sans cesse renaissant en gros rouleaux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
19 janvier 2016

Femme de feu

Il est des rencontres dans une vie que l’on peut compter sur les doigts d’une main, tant elles sont le germe de notre à-venir, alors que nous ne le savons pas encore dans l’instant.Ma rencontre avec elle est de celles-ci.Mon corps était alors habité d’une maladie, hélas de plus en plus à la mode, une maladie auto-immune, dans laquelle le système immunitaire attaque une partie saine du corps, pensant qu’elle met en danger le corps.C’est le boulot des globules blancs que d’œuvrer à l’éradication des ennemis. Pas de détruire le sain.Et... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 décembre 2015

Il est libre

Il est né quelque part. Il ne sait pas bien où.Sa mère était trop jeune ou trop peu fortunée ou les deux. Ou bien de belle lignée mais...Il y eut une étreinte ou plusieurs, son ventre s’arrondit. Le père a dû partir avant que de savoir. Trop jeune, marié, marin, allemand ou insouciant. Elle l’a mis au monde et l’a confié au sort. Il ne les vit jamais.Enfant tendre et joufflu, au sortir de la guerre, une fossette au creux de ses joues rebondies, il fut brinquebalé de famille et famille. S’adaptant à des femmes qui n’avaient bien... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2015

A petits pas serrés

Elle marche à petits pas serrés ; l’air toujours empressé. Comme si une urgence menaçait. Vite, vite, il faut aller vite.Aller où ? Prendre le bus, se rendre chez le coiffeur ou bien chez le fleuriste dont elle revenait ce matin, un énorme chrysanthème jaune d’or dans les bras.Une bise échangée.Son visage est soucieux, comme toujours. - Comment allez-vous, lui dis-je ? J’avais ouvert la bonde.Elle parle à petits mots serrés. Son visage, son regard n'expriment qu'une énorme plainte. De sa petite voix flûtée, elle... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 octobre 2015

Ecrire

    Ecrire.Pour faire chanter le verbe. Ecrire.Pour imprimer sur l’argile des jours des signes de vie.L’homme Adam, pris de l’adamah, la terre rouge d’argile, comme signe de vie ? Ecrire.Pour garder la mémoire de ces instants furtifs dérobés à l’épaisseur des jours.Pour leur rendre leur entiereté, leur densité. Pour mieux regarder leur ventre rond de tant de possibles. Ecrire.Pour laisser vive la braise des étincelles de joie jaillies là où on ne les attendait pas : dans le wagon d’un train, dans une salle... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,