15 janvier 2016

Nous irons...

https://www.youtube.com/watch?v=LtVvcgjAaNgNous irons les chemins, sans hâte Souffle léger mêlé au vent Un cormoran en vol viendra nous saluer. Quelques nuages ronds voileront le soleil. Eclipse. Sur les troncs nus des arbres la lumière revenue dessinera l’or pur Dans leurs branches tremblées Ton ombre avec la mienne dansera. Ce sera pour demain lorsque tu reviendras, Le cœur poudré de joie Et le sourire tendre.   MC Janvier 2016
Posté par Encre mauve à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 janvier 2016

Alea jacta est.

Il avait dit, je veux ré-enchanter le monde.Il avait raison.Ils sont désenchantés, désabusés, désillusionnés, déçus, désappointés.Certains désespérés.Tous désespérants.Désespérants et désespérant. Désespérant de comprendre ce qu'ils font là, sur cette terre, dans ce monde.Les dés sont jetés. Six points. Six dés. Décidés à attendre qu’un espoir vienne les caresser de son aile. Désolés de voir le temps passer sans que rien en eux ne frémisse, qui ressemble à un désir, à la joie de l’enfant de se lever pour vivre.Dépités, ils se... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2016

Se réveiller

Hier, j’ai rencontré la mère d’un étudiant. Elle travaille dans un commerce proche de chez moi. Nous avons parlé de son fils, de la classe.Son fils est revenu l’autre jour en disant :-       Je ne sais pas ce qu’elle avait, la prof, elle avait l’air énervé…Oui, en effet, j’étais en colère, très en colère.Cette femme a eu une remarque qui m’a réconfortée :-       Il ne s’est pas demandé ce qu’ils avaient fait, eux. Tout est dit.C’est tellement confortable de penser... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 janvier 2016

11 janvier 2016

Nues, impudiques en érection Elles s’étirent. La lumière les caresse à l’orée de la nuit Hommage de l’impalpable à l’enraciné Du léger aux écorces gelées. Entrelacs où danse l’incarnat, Vitrail tremblant où s’attarde le soir, Dentelle de rameaux hésitants. Les yeux de la nuit s’ouvrent sur l’outremer. Le silence se fait sur ce jour long et triste. Révérence devant le grand sommeil de l’artiste. https://www.youtube.com/watch?v=iYYRH4apXDo   MC Janvier 2016
Posté par Encre mauve à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2016

Prise d’otages

Il est des prises d’otages spectaculaires, violentes, sanglantes et nous savons bien maintenant ce qu’il en est. Elles révulsent le cœur. Elles font trembler pour l’autre, celui qui vit par là-bas, ou qui a un ami, une amie qui aurait pu se trouver là-bas. Elles posent mille questions. Pourquoi chez nous ? Comment ont-ils pu haïr le pays où ils sont nés au point de vouloir le meurtrir, faucher en plein vol tant de vies, si diverses, si pleines de promesses et de joies en boutons ? Comment des hommes, des femmes peuvent-ils entrer de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 janvier 2016

Question de tempo

L’hiver. Ce drôle d’hiver. Un hiver doux qui se déguise en prémisses de printemps. Et pourtant l’hiver. Ce temps des journées courtes, des soirées qui débutent tôt sinon tirées les grandes draperies pourpre ou orange, frangées d’or, comme une révérence du soleil à la nuit qui s’avance.Tout invite au lent, au doux, au tendre, au chaud.Les yeux noyés dans l’âtre, où s’élancent les danseuses enflammées, où crépitent les bûches tordues par le brasier ardent. On voit passer des visages, des yeux, l’espace d’un instant. Ils traversent le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 janvier 2016

Allez les anciens!

La nuit est encore là. Quelques oiseaux pépient. Ils n’ont pas vu encore que l’hiver s’est installé, insidieux et sournois.Comme la plupart d’entre nous qui continuons à croire à la légèreté du monde.Je me souviens des yeux écarquillés d’une étudiante lorsqu’il y a quelques années, lors d’un cours d’économie, j’avais dit que, selon moi la troisième guerre mondiale avait déjà commencé.-       Comment ça, il n’y a pas de morts ?Non, il n’y avait pas de morts. En tant que tels.Pas chez nous. Pas... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2016

L'ornithorynque et l'homme

La saison de l’automne me questionne toujours. Pourquoi tant de vie déployée, ces feuilles sur les ramées, ces hautes canopées, dans un éclat de roux, d’or, de pourpre, d’orangé, se détachent-elles un jour pour revêtir le sol d’un tapis qui, le temps passant va devenir brun, sale, à force d’être piétiné mais surtout privé de sa sève ?Oui, oui, on sait bien, pour devenir humus, terreau, nourriture chaleureuse pour la poussée d’autres graines, pour aider les pousses à grandir un peu mieux.Rien, dans la nature, n’est au hasard. Et... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2016

Jour de colère

Il m’arrive parfois de me sentir remplie d’une colère sourde et sournoise qui n’attend qu’une occasion propice pour fondre sur l’être ou l’objet qui la rencontrerait.Je n’aime pas ce sentiment. Cette émotion ?Je ne sais la différence. J’en ressens cependant la puissance. Comme d’une retenue d’eau furieuse qu’on aurait contenue trop longtemps et que le moindre rien déverserait en flots sur un paysage innocent.Innocent ou pas d’ailleurs.Qui dit que cette colère n’a pas d’objet ?Qui dit qu’elle n’a pas de cause non plus ?A... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2016

Les rois mages

Ils marchent. Ils avancent à pas lents au sommet de la dune, là où se rencontrent l’intense de la lumière et le dense de l’ombre. Leurs empreintes se lisent sur le sable encore humide de cette nuit.Le soleil caresse avec tendresse les formes rebondies que le vent a sculptées dans sa danse tourbillonnante. Le sol se colore de mille nuances d’ocre, de l’abricot au roux, en passant par l’or et le jaune. Le sombre se fait violet profond, et par là bleu de prusse. Et le ciel qui s’étire les enrobe de rose et d’incarnat pourpré.Malgré le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]