18 février 2016

Leçon d'écoute

Aimer l’instant qui est, le cœur nu du passé,Les mains en coupe ouverte sous le grand bleu du ciel,Les oreilles charmées par quelque chant d’oiseau Quitter ses certitudes, et abraser son âmeDe tous ses souvenirs, de toutes ses croyancesEmpilements confus en millefeuille fané Savourer la présence rougeoyante en l’ami,Filigrane discret d’une empreinte de feuRemisée aux archives de ses heures glorieuses Voir se superposer sur l’austère vieillardOu sur la vieille femme, l’enfant qui, hier jouaitÀ pousser de son pied un caillou sur le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 16:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 février 2016

Rajouter une perle au collier

Goutte à goutte le ciel en perfusion à la terre.Le gris d’en haut sur le brun d’en basLa nature se lave.Tout est calme et patient. La ville est loin et son tumulte évanoui. Souvenirs des murs de l’Opéra, jeudi soir. Et ce ciel de Paris en majesté, le soleil caressant les nuages.L’ange là haut d’or laisse éclater sa gloire.Le pointillé des phares dessine le trajet.Chacun se presse pour regagner son nid. Ils ne voient pas le ciel. Ils ne regardent pas. Ils ne se regardent pas, perdus dans leur à-venir : les enfants, le repas, le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2016

Le pianiste

http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-306e05f7-a102-42fb-bf8b-dfeca642a88c.htmlÀ partir de la 8ème minute Ils sont là, ensemble, lui presque debout, son piano ouvert.La lumière dessine autour de lui des flammes et des étoiles. Il est dans l’infini. Il vogue.Ses yeux suivent l’oiseau, son cœur écoute les trilles, ses doigts répondent à l’oiseau, ils caressent l’ivoire avec délicatesse, comme une main la soie ou quelque étoffe rare. Les notes s’élèvent, cristal dans le souffle retenu de la foule silencieuse.Il monte... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2016

Silence

https://www.youtube.com/watch?v=kNWX_XWsNYY Le silence comme une voile caressée par le ventSouple, lisse, empli de murmures et de chuchotis,Le silence après l’enfilade des mots, des ditsS’installe, enfle, s’étire, se pose, s’étendMatière vivante, toile tremblante encore de nos voixDe nos souffles mêlés, du doux de nos soupirs. Le silence devenu vague, flotte le bateau de nos différends, en lui tout se résoud, s’absorbe, s’absout, ton regard plongé dans le profond du mien, le mien noyé dans l’eau claire du tien. Échange de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 février 2016

Cultiver l'unique

https://www.youtube.com/watch?v=rVpMluGD4Sc Là, sur le parking des gitans, m’a dit Ozgun, un de mes étudiants, à deux pas du lycée, coincé entre la nationale 12, un souvenir de champ cultivé, le gymnase, la petite zone commerçante, il se tient.D’une élégance rare.Son tronc s’est divisé à quelques centimètres du sol en deux branches massives. Et encore, et encore. Envol en ramifications dans le bleu.Il n’est pas figé. Il semble presque joyeux dans ses élans dont certains presque à l’horizontale, comme s’il cherchait à caresser le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 février 2016

Merci d'avoir redressé la colonne Djed...

« Merci d’avoir redressé la colonne Djed » Voici la réponse que j’ai reçue d’une amie à qui je faisais part de certaines réflexions. Cette amie a coutume de travailler fort tard dans la nuit. J’ai d’abord pensé qu’elle avait mélangé ses réponses à deux courriers différents.Et puis Djed…vraiment, ça ne m’évoquait rien, rien de rien. Les colonnes Buren, oui.Les colonnes Morris aussi.La colonne Vendôme aussi.Décidemment Paris est une ville traversée de verticales…au pied desquelles l’horizontalité sinueuse de la Seine répond... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2016

As-tu rempli ta coupe?

S’entrelacent aux images blanchiesD’un mariage lointainLa voix fraîche et sonore d’un délicieux cousinEt le pas sautillant de la belle aux cheveux d’orQu’enfants nous admirions.Le passé se révèleAu détour du présentCeux qu’on croyait absentsSe souviennent de nousIls languissaient, c’est toutDans les limbes du temps.S’écrit l’histoire ancienneConjuguée au présent,Entre valses de vienneEt tangos renversants.Les jours escamotés,Des mois et des années.Tout est superposé.Dans un éclair soudainD’éclatante lumièreS’envolent les annéesSe... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 février 2016

Circée

Avec douceur le bleu glissera vers l’obscurDes paillettes dorées s’allumeront luciolesLes heures se feront lentesJe veillerai sur l’âtreLa terre chuchotera sa peine et son espoirIl flottera dans l’air deux ou trois fumerolesL’encens et ses prières volutesS’élèveront tranquillesIl faudra se blottir dans le chaud de nos brasEt laisser loin la ville, ses cris et ses combatsNos yeux s’embrasserontSur notre plus beau rêveEt la nuit nous prendra dans son aireCircée ressuscitée. Nous oublierons la guerre.   MC Janvier 2016
Posté par Encre mauve à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2016

Le souvenir d'une île - fin

Les mieux placés, parmi les enseignants, étaient ceux qui étaient chargés d’apprendre à nager.Les cours de natation commençaient à sept ans. Les gestes théoriques étaient enseignés à l’aide d’images, de films. Ceci pendant plusieurs années. Il était interdit de mettre l’apprentissage en pratique pour des raisons de sécurité. De plus il était également interdit d’utiliser les cours d’eau pour se déplacer. De fait, personne ou presque ne s’aventurait dans les lacs, les ruisseaux, les rivières et encore moins dans les fleuves ou dans la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2016

Le souvenir d'une île, épisode 2

À quatorze ans, ils avaient le droit de poursuivre les études ou bien de se préparer à un métier. Mais à quatorze ans, il y a des temps et des temps, lorsque l’Ancien des jours en était à l’ébauche de ce qui précéda l’univers que nous connaissons aujourd’hui, les hommes et les femmes étaient déjà comme maintenant. Les petites filles prenaient des courbes rondes un peu partout et découvraient le pouvoir de leurs yeux, de leurs sourires, de leurs rires et de leurs démarches chaloupées. Les petits garçons voyaient leur jambes, leur bras... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]