29 février 2016

Vision

Au point du jour naissant, j’étais allée marcherPieds nus dans la rosée.L’herbe était pailletée d’un tapis de diamants,Les araignées filaient pour secouer leurs toilesAu sol des taches d’ombre et la lumière en traits.La peau de l’étang lisse s’offrait, miroir au cielJe vis deux fois alors se lever le soleil, sa caresse rougie aux flancs des lourds nuages reflétée en écho par la fidélité de l’eau. Révélée par la brume, elle marcha vers moi, comme flottant dans l’air au beau milieu des flots, mains légères et voiles évanescents... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2016

Les émerveillés

Ils ne font pas partie des people c’est pourquoi on ne les voit jamais.Ils ont dans le regard cette lumière qui ne trompe pas, cette eau dans laquelle se reflètent tous les couchants du monde, tous les levers de lune et tous les champs d’étoile.Ils ont dans le cœur ce brasier ardent dans lequel se consument tous les malheurs du monde à la flamme brûlante de leur trop plein d’aimer.Ils ont fait des études ou bien n’en ont point fait. Ils sont hommes. Ils sont femmes. Ils sont humanité.Plantés là, lorsque s’éteint le jour, ils restent... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2016

Saisir l’insaisissable.

Un jour, c’était en montagne, un torrent, une prairie, quelques fleurs, un air pur comme il se trouve là, loin de nos villes embuées de gris, et puis les hautes cimes encore poudrées de neige. Le silence s'émaillait des cris aigus des marmottes et des aigles. Un silence, le silence, le vrai, celui dans lequel se dissolvent les pensées et les préoccupations.Une chevelure blanche s’accrocha aux rochers, s’effilochant en traits, s’étirant dans le bleu et puis disparaissant en petits pointillés et sans cesse renaissant en gros rouleaux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
26 février 2016

Mutations

Marcher à pas lents. Plus rien ne presse plus. Le temps est devant moi : quelques années encore. Nectar à savourer à petites lampées.Les boucles se ferment sur elles-mêmes des anciennes histoires. Les au-revoir se disent, en mots ou en silence.Les pages s’ébouriffent sous le vent du présent et se tournent, sans espoir ni envie de les relire encore.Demain s’élabore dans le ventre du jour.Un seul projet encore : honorer le beau, le juste, le vrai et les hisser jusqu’à mon soleil couchant. Que s’inondent d’or pur et de feu,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2016

Cinquante nuances de bleu...

Sous toutes les latitudes et depuis que l’homo est devenu sapiens, la structure du cerveau est identique pour chaque être humain. C’est ce que nous apprennent les neurosciences.Ainsi, a-t-on découvert que le cerveau est découpé en zones, découpage plus ou moins plastique, mais identifiable à coup sûr chez chacun. Ces zones sont spécialisées dans des tâches différentes. Le lobe occipital par exemple est activé lorsque nous nous remémorons des images ou bien que nous les imaginons. Lorsque nous nous adonnons à des processus cognitifs... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 février 2016

Anesthésie générale, merci de continuer à dormir

Attention mesdames et messieurs, dans peu de temps, votre cerveau vous sera définitivement prélevé ; vous pourrez tranquillement vous réveiller dans un monde que vous n’avez pas vu se profiler.Certaines Cassandre s’étaient pourtant échinées à tirer la sonnette d’alarme de différentes manières, les seins nus, en chantant, en écrivant, en peignant, en démontrant.Elles n’étaient pas assez sexy sans doute. Ou bien leurs arguments. Ou bien les deux? Moins sexy assurément que les people qui tiennent le haut du pavé.Au fait le haut du... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2016

Taille critique

Lisant la Bible, enfant, sans personne pour me l’expliquer, j’étais fascinée par certaines phrases. J’aimais particulièrement celle du levain dans la pâte. C’est drôle, je ne comprenais pas, mais ça me touchait profondément. Je trouvais que c’était beau.Si tout le monde n’est pas chrétien et tant mieux qu’il y ait en ce domaine de la diversité, tant mieux qu’il existe des agnostiques farouches et des athées respectueux du chemin des croyants, pourvu que chacun ouvre dans sa vie, dans son cœur une dimension de spiritualité, tout le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
19 février 2016

Passeurs de mots

Le silence se fait. Le cœur de la maison palpite doucement.Comme une transition entre le monde et moi.Et le silence parle et chuchote sa joie. Tout est là, donné, aux mains ouvertes et vides, aux cœurs en grotte chaude, aux yeux tournés vers l’intérieur comme ceux des tableaux de Modigliani.Plus besoin de prendre ou de saisir à qui sait accueillir.Les mots flottent dans l’air sur des rubans de soie, tissant une canopée bruissante de leur chant.Ecouter puis entendre. Ecouter de tout son être et puis tourner en soi la clé de la porte... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 février 2016

Leçon d'écoute

Aimer l’instant qui est, le cœur nu du passé,Les mains en coupe ouverte sous le grand bleu du ciel,Les oreilles charmées par quelque chant d’oiseau Quitter ses certitudes, et abraser son âmeDe tous ses souvenirs, de toutes ses croyancesEmpilements confus en millefeuille fané Savourer la présence rougeoyante en l’ami,Filigrane discret d’une empreinte de feuRemisée aux archives de ses heures glorieuses Voir se superposer sur l’austère vieillardOu sur la vieille femme, l’enfant qui, hier jouaitÀ pousser de son pied un caillou sur le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 16:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 février 2016

Rajouter une perle au collier

Goutte à goutte le ciel en perfusion à la terre.Le gris d’en haut sur le brun d’en basLa nature se lave.Tout est calme et patient. La ville est loin et son tumulte évanoui. Souvenirs des murs de l’Opéra, jeudi soir. Et ce ciel de Paris en majesté, le soleil caressant les nuages.L’ange là haut d’or laisse éclater sa gloire.Le pointillé des phares dessine le trajet.Chacun se presse pour regagner son nid. Ils ne voient pas le ciel. Ils ne regardent pas. Ils ne se regardent pas, perdus dans leur à-venir : les enfants, le repas, le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]