27 octobre 2015

Lignes de vie

  Lignes de vie. Boucles du temps.Je me souviens de cette mèche qui te tombait sur le front et que tu remontais sans cesse.Elle s’est envolée, sans doute un jour de trop grand mistral.Et oui, tu t’es installé dans le grand Sud de la France, là où la terre si rouge épouse à la fois le bleu intense du ciel et le bleu profond de la mer. Là, où l’air est rempli des odeurs de la terre, en un parfum changeant au moindre de nos pas. Là, où, paraît-il, au printemps, les collines s’encolorent de jaune et s’enivrent de cette odeur... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2015

Bleu de prusse

Tu ne reviendras pas. Je sais. Tu es parti. Tu étais parti avant que d'arriver.Je le savais mais j'ai voulu rêver. Ca ne coûte rien de rêver.On laisse sur l'oreiller un peu de poussière de nuage, une caresse d'étoile, de la poudre de comète. Au matin, on maquille son coeur, on accroche des ailes à ses chevilles, on enrubanne son sourire et on s'enveloppe de la moire de son rêve pour traverser le jour.Un jour et puis un jour encore à attendre ta main, à attendre ta voix, à attendre ton rire et ses éclats.Les jours tissent une... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2015

Chemins croisés

Je vais.Traversée.Des étendues de terre.Peu de traces de l'homme.Des pins et des bosquets.Ce lieu, quel est son nom? Quelques champs cultivés.De nouveau, le désert.Des collines crayeusesDes chemins de poussièreUn végétal avare.Des gorges encaissées.Un massif de Provence. Un homme marche. Une femme marche.Son dedans est dehors. Son dedans est dehors.Il écoute le chant: ça stridule alentour.Elle écoute elle aussi: une voix intérieureLe dehors est en lui. Elle épouse le mondeIl est le paysage, ce sable où vont ses pas.Elle est cette... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2015

Elle lit

Des bagues à chaque doigt, un foulard chamarré,Le jais de longs cheveux entouré d'un bandeau,Elle a cette beauté des femmes du midi,Le feu tapi en braise au fond de ses yeux sombres L'ombre sur les paupières, du cramoisi aux lèvres.Dehors la brume flotte aux flancs des mamelons.Des soupirs de la terre s'élèvent vers les cieux,Ils pleurent des larmes grises étranges dans ces lieux. Elle lit, Sérieuse et concentréeSon livre, je l'ai luIl y a tant d'années.. Il parle de la femme, celle qui sait en nous,Celle qui, le soir va courir... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2015

Voir ou ne plus voir, telle fut ma question...

Un jour, les lignes horizontales et les lignes verticales sont devenues pour moi des vagues. J’aime les vagues, leur couleur qui se plombe à l’orée de l’orage, l’émeraude pastel lorsqu’elles déferlent au rivage, ces dentelles d’écume dont elles s’enveloppent, le fracas de leur chute à l’assaut des rochers, la caresse douce dans leurs étreintes avec le sable, leur puissance dans les tempêtes et leur tendre étreinte les jours de beau soleil. J'aime ces enroulements majestueux dans lesquels les surfeurs dansent à perdre haleine.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 octobre 2015

Se donner

Se donner, se déprendre en cet élan, en ce souffle qui pulse des nuées d’étincelles aux confins du cosmos.Se déprendre de soi dans une spirale enrouléeCorps lovés dans un huit d’infinité épouséeMêler souffles, salives, sueurs.Le sexe n’est qu’anecdote quand s’embrase le temps,(quand s’embrase le temps ?)quand les voiles outremer se paillettent d’étoiles et enciellent le lit,(quand les voiles au ciel ?)quand la voix du vent engouffrée dans les dunes de nos déserts secrets encore inexplorés symphonise en soupirs et en... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2015

Pour toi, mon père...

  Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge Une fleur couleur de sang Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge Lève-toi car il est temps Allons droit devant vers la lumière En levant le poing et en serrant les dents Nous réveillerons la terre entière Et demain, nos matins chanteront Compagnon de colère, compagnon de combat Toi que l'on faisait taire, toi qui ne comptais pas Tu vas pouvoir enfin le porter Le chiffon rouge de la liberté Car le monde sera ce que tu le feras Plein d'amour de justice et de joie ... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2015

La chanteuse, hommage à Amy Winehouse

Amy Winehouse - BEST LIVE - Back To Black Je l’ai vue, incandescente flamme, devenue son. Je l’ai vue, tu me l’as montrée. Je l’ai vue à travers tes yeux et j’ai vu ce que tu as vu, O.Son corps en possession ondulant. Ses bras, ses jambes animés de vie propre. De vie ? De mouvements autonomes, comme si un marionnettiste géant avait perdu la tête.Son visage  presqu’extatique. Dans un au-delà de la vie. Dans une visitation par son art. L’ange de feu de la musique entré en elle à son corps consentant. Allumée par un... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 octobre 2015

Comment les mésanges naquirent dans des oeufs

Elles sont revenues, avec leurs petits cris! Savez-vous que ce délicieux oiseau zinzibule ?Zinzibuler…C’est tout un univers qui se dessine alors, léger, virevoltant, épousant la lumière pour la restituer en ondes colorées. Foin de l’orthographe : laissons la aux savants ou bien aux grammairiens. Il me plait à penser que le bule de la mésange est en fait une bulle.Aérienne comme elle et délicate aussi. Il était une fois une mésange…C’était il y a des temps et des temps, lorsque l’Ancien des jours en était à l’ébauche de ce... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 15:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2015

Au jardin, l'hortensia

Au jardin, l’hortensia s’est revêtu de rouge ; ses derniers pétales se sont empourprés. L’été n’est plus qu’un souvenir. Le froid s’installe. J’ai coupé les tiges de verveine : ainsi le froid ne les figera pas. Elles sécheront doucement dans la cuisine, embaumant l’air de leur parfum sucré évocateur d’enfance et de tasses fumantes, le soir à la veillée.Le froid s’installe. Les chattes s’enroulent sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à une couverture de laine, quand ce n’est pas sur mes genoux qu’elles prennent... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,