bouleau_gouttes

Derniers feux du couchant
Un grand embrasement...
La nuit était venue,
de velours bleu vêtue

Sur son front accrochée,
brillait la voie lactée
Aux branches du bouleau,
lumière des gouttes d’eau

Le froid et le silence,
Le creux de ton absence,
Tout était immobile,
L’instant palpitait, fragile

Là haut vêtue de voiles,
Au grand ciel ton étoile
Petite fille enfuie
à l’orée de sa vie.

 

MC Décembre 2015